Annemasse Agglo s’engage pour la qualité de l’air de ses habitants

Annemasse Agglo s’engage pour la qualité de l’air de ses habitants

Enjeu important de santé publique, la qualité de l’air est une priorité d’Annemasse Agglo. La collectivité a en effet remporté l’appel à projet « villes respirables en 5 ans », lancé en 2016 par le ministère de l’écologie. Exemplaire en termes de mises en œuvre pour préserver la qualité de l’air, la collectivité s’investit dans les secteurs des transports, du logement ainsi que de l’industrie, au sein de son Plan Climat Air Energie Territorial.

La qualité de l’air, une préoccupation pour aujourd’hui et pour demain

La qualité de l’air sur le territoire d’Annemasse Agglo

Le territoire d’Annemasse Agglo est concerné par deux types de polluants principaux : les oxydes d’azote (issus à plus de 80% du trafic routier) et les particules fines (issues à 59% du secteur résidentiel).

Le chauffage au bois, émetteur principal des particules fines 

chauffage au bois

59% des émissions de particules fines sont issues du secteur résidentiel. Parmi ces 59%, le chauffage au bois émet plus de 92% des émissions de particules fines alors qu’il représente 5% des chauffages utilisés sur le territoire

Une topographie non idéale pour la qualité de l’air

La topographie joue un rôle important dans la dégradation de la qualité de l’air. Ce qui ne joue pas en la faveur d’Annemasse Agglo, entourée du Salève et du massif des Voirons. En effet, l’air circule moins bien et les particules polluantes stagnent et sont d’autant plus concentrées.
Par ailleurs, la qualité de l’air est davantage dégradée l’hiver car la masse d’air stable de cette période favorise l’accumulation des polluants.

 

Annemasse Agglo a remporté l’appel à projet « Villes Respirables en 5 ans »

villes respirables

Le ministère de l’Ecologie a lancé en 2016 l’appel à projet « Villes Respirables en 5 ans ». Annemasse Agglo a été désignée lauréate de l’appel à projet aux côtés de 24 autres collectivités. L’agglomération d’Annemasse est ainsi valorisée pour les mesures exemplaires pour l’amélioration de la qualité de l’air qu’elle met en œuvre afin de garantir, dans un délai de 5 ans, un air plus sain à ses habitants

Pour y parvenir, plusieurs mesures fortes à mettre en œuvre dans les domaines de la mobilité ainsi que des domaines résidentiel, industriel et agricole. En déployant ce type d’actions, le territoire d’Annemasse Agglo contribue au déploiement local des dispositions de la loi relative à la transition énergétique pour la croissante verte.

>> Lire le dossier thématique « Annemasse Agglo s’engage pour la transition énergétique ».

Aux côtés de la communauté de communes Faucigny-Glières-Bonneville, de la Métropole de Lyon, de Grenoble-Alpes Métropole et de Saint-Etienne Métropole, Annemasse Agglo s’engage pour la qualité de l’air en Rhône-Alpes.

En tant que collectivité lauréate, Annemasse Agglo bénéficie d’un appui financier et méthodologique de l’Etat et de l’ADEME, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. Cet appui financier pourra atteindre 1 million d'euros en fonction des actions proposées par l'agglomération.

 

La qualité de l’air, de pire en pire ? Une fausse idée !

Le saviez-vous ? La qualité de l’air en France est meilleure aujourd’hui qu’il y a 20 ans. En effet, les constructeurs automobiles ont amélioré leurs moteurs, les normes d’émission des usines ont été abaissées, etc. De manière générale, les politiques publiques sont de plus en plus fortes en la matière afin de préserver la santé des français.

En revanche, les seuils de déclenchement des alertes ont changé. Avant, un épisode de pollution était annoncé quand le taux de particules fines dans l’air était à 80 μg/m3. Aujourd’hui, il est annoncé dès que le taux atteint 50 μg/m3 . De même pour le seuil d'alerte, qui est maintenant de 80 μg/m3 au lieu de 125. Et ce depuis 2012. Voilà pourquoi il y a plus de pics de pollution qu’avant ! Pourquoi les seuils ont-ils changé ? Pour agir plus vite et éviter de mettre en difficulté les personnes fragiles et sensibles à la qualité de l’air.

 

La qualité de l’air : un indice, des seuils d’information et d’alerte

L’indice de qualité de l’air, un chiffre primordial

Il existe en France deux indices de qualité de l’air, différents selon la taille de l’agglomération. Pour le territoire d’Annemasse Agglo, c’est l’indice « Atmo » qui s’applique.

L’indice « Atmo » varie de 1 (air sain) à 10 (forte pollution atmosphérique) et est calculé pour une journée et pour une zone géographique définie

Il tient compte des niveaux de quatre polluants atmosphériques : le dioxyde de soufre (issu majoritairement des procédés industriels), le dioxyde d’azote (issu majoritairement des véhicules à moteur), l’ozone (issu des chaudières et de polluants industriels) et les particules fines (issues notamment du chauffage au bois). 

Les concentrations maximales horaires de ces quatre polluants sont mesurées pendant 24h. La moyenne de ces concentrations permet ensuite de déterminer les sous-indices de chacun des polluants. L’indice « Atmo » retenu est celui correspondant au plus élevé des quatre sous-indices de polluant atmosphérique. Il est accompagné d’une tendance pour le lendemain (amélioration, stabilité, dégradation).

L’indice de qualité de l’air dans votre poche

En mars 2017, l’observatoire de la qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes a lancé son application mobile « air to go ». Avec ce service, l’utilisateur vérifie l’état de la qualité de l’air ambiant à l’endroit où il se trouve et peut être alerté lorsqu’il rentre dans une zone concernée par un épisode de pollution.

Le service est disponible sur www.airtogo.fr et sur l’Apple Store.

Information des citoyens : un seuil d’information et un seuil d’alerte, le fameux « pic de pollution »

Les conditions atmosphériques peuvent provoquer une surémission et l’accumulation de polluants dans l’air. En cas de forte concentration, ils sont potentiellement dangereux pour notre santé et pour l’environnement. C’est alors qu’est déclenché un « pic de pollution », assorti de mesures.

Lorsque les particules fines présentes dans l’air atteignent 50 μg/m3, le seuil d’information est déclenché.

Lorsqu’elles atteignent 80 μg/m3, c’est le seuil d’alerte qui est déclenché.

Ces seuils sont déclenchés par le préfet dès qu’un épisode de pollution aux particules fines se prolonge, c'est-à-dire lorsque les seuils sont dépassés pendant deux jours consécutifs et qu’il est prévu un dépassement le jour même et le lendemain.

En France et en Suisse, les seuils ne sont pas identiques

En Suisse, l’indice de pollution de l’air à court terme repose sur la mesure de trois polluants uniquement : l’ozone, le dioxyde d’azote et les particules fines. Cet indice est moins exigeant que l’indice français pour l’ozone et les particules fines mais plus exigeant pour le dioxyde d’azote.

La qualité de l’air : les limites fixées par l’Organisation Mondiale de la Santé

L’Organisation Mondiale de la Santé évalue que plus de 90% de la population mondiale vit dans des lieux où les niveaux de qualité de l’air ne respectent pas les limites fixées par l’OMS. 

Selon l’OMS, le niveau de particules fines ne doit par exemple pas dépasser 20 μg/m3

Plus d’infos sur le site web de l’ONU : www.who.int.

 

Tous acteurs de la qualité de l’air

Annemasse Agglo, une collectivité impliquée dans la qualité de l’air de ses habitants

PCAET

Annemasse Agglo, en tant qu’acteur de la qualité de l’air sur son territoire, agit au quotidien en proposant un programme global pour un nouveau modèle de développement, notamment sur la thématique de l’air : le Plan Climat Air Energie Territorial.

Ce document propose ainsi différentes actions, sur les thématiques de l’énergie, du climat et de l’air. Concernant l’air, peuvent être citées diverses actions :

Zoom sur la Prime Chauffage Bois

prime chauffage bois

Avec la Prime Chauffage Bois, Annemasse Agglo s’engage pour préserver la qualité de l’air en luttant contre le premier facteur de pollution du territoire : le chauffage individuel au bois.

Pour encourager les habitants de son territoire à remplacer leurs appareils de chauffage vétustes (insert, cheminée…) par un appareil moins polluant, Annemasse Agglo accorde une prime de 1000 €.

>> Toutes les infos sur la page spécifique "Changer mon poêle avec la Prime Chauffage Bois"

La qualité de l’air est aussi entre vos mains !

conseils pic de pollution

Vous vous demandez comment faire pour ne pas polluer davantage l’air que vous respirez ? Vous ne savez pas comment agir lors des pics de pollution ? Voici quelques réponses à vos interrogations.

Côté transports

  • Privilégiez les transports en commun ou le co-voiturage ;
  • Adoptez une conduite apaisée et respectez les consignes de réduction de vitesse le cas échéant ;
  • Favorisez le télétravail si vous en avez la possibilité.

Côté logement

  • Ne surchauffez pas votre logement ;
  • Evitez d’utiliser le bois comme chauffage d’appoint si ce n’est pas votre moyen de chauffage habituel ;
  • Respectez quelques bonnes pratiques de chauffage au bois ;
  • Continuez d’aérer votre logement 5 à 10 minutes par jour.

Côté jardinage

  • Ne brûlez pas vos déchets verts à l’air libre.

Côté sport

  • Evitez toute activité physique ou sportive intense à proximité des axes routiers.

Côté loisirs

  • Evitez les sorties en extérieur avec de jeunes enfants près des grands axes routiers.

De manière générale, sachez que la pollution liée aux transports est concentrée autour des grands axes routiers. Eloignez-vous autant que possible de ces derniers.

Zoom sur le brûlage à l’air libre (écobuage)

écobuage

Le saviez-vous ? Brûler 50kg de végétaux émet autant de particules fines qu’une voiture à moteur diesel récente qui parcourt 6000km (l’équivalent d’un aller-retour Annemasse-Moscou !).

C’est pour cette raison que le brûlage des tontes de pelouse, de tailles de plantes ou de branchages à l’air libre est interdit. En effet, lors de leur combustion, de nombreux polluants sont émis, dont des particules fines et autres composés cancérigènes, pouvant avoir des conséquences sur la santé.
Toute incinération de végétaux est passible d’une contravention de 450 €, selon l’article 131-13 du nouveau code pénal.

Quelles sont les alternatives au brûlage à l’air libre ?

Pour valoriser vos déchets verts, vous pouvez…

  • les composter ;
  • les broyer ;
  • les utiliser pour du paillage ;
  • les amener en déchetterie pour être recyclés.

Zoom sur les bonnes pratiques du chauffage au bois

Une fois équipé(e) d’un appareil de chauffage au bois performant (grâce à la Prime Chauffage Bois), il s’agit d’acquérir les bonnes pratiques !

Connaissez-vous la technique de l’allumage « par le haut » ? Cette technique permet de préserver l’environnement. En effet, cette méthode produit moins de suie et de cendres, réduit considérablement les émissions de particules fines, assure une meilleure alimentation en air et prolonge la durée de flambée. Positif pour l’air extérieur comme pour votre air intérieur, donc !

Suivez le tuto de cette vidéo pour allumer votre feu par le haut !

D’autres conseils ?

  • Utilisez un combustible de qualité (bois sec, stocké à l’abri…) ;
  • Entretenez votre appareil de chauffage une fois par an et faites-le ramoner deux fois par an.

A lire dans ce dossier

Profitez de la Prime Chauffage Bois de 1000€ pour changer votre poêle !

Habitat

29 septembre 2017

Annemasse Agglo vous encourage à changer votre appareil de chauffage (poêle, insert, cheminée, chaudière…) pour un moins polluant en vous accordant une prime de 1000€.

Lire l’actualité

Actions et projets

Actions et projetsSe déplacer

Le Tram Annemasse-Genève, la Suisse à quelques pas

Un Tram pour améliorer les déplacements de proximité

Le Tram Annemasse-Genève permettra de relier les centres villes d’Annemasse et de Genève en 25 minutes. Côté français, le tramway desservira 7 stations sur les communes d’Ambilly, Annemasse et Gaillard sur un tracé total de 3,3km.

Le Tram Annemasse-Genève sera sur les rails fin 2019.

Voir l’article